Interdiction de prostitution de mineur à Djibouti

  • By: La Voix D'arhiba
  • Target: Assemblée de la République; Premier Ministre; Ministre de la famille, Ministre de la jutice;

Cher(e)s voici notre nouveau combat pour une cause juste, elle consiste au réglementation de la prostitution à Djibouti et l'interdiction au mineur dans ce lieu d'exhibition ou maison close. cette pétition sera adressé aux législateurs de Djibouti. ASSEZ ASSEZ !!!!!!!! voici quelque témoignage : 


CECI EST UN TEMOIGNAGE D’UNE JEUNE DJIBOUTIENNE 

May 6 · Started by Mha Amh 

Je suis une Djiboutienne. Une de ces jeunes Djiboutiennes qui sont tombées dans les filets cruelles des boîtes de nuit. Aujourd’hui dans les boîtes de nuit, plus d’étrangers, c’est la djiboutienne, la jeunesse djiboutienne qui est exploitée, violée et abusée. Oui, aujourd’hui ces restaurants diaboliques font de la jeunesse djiboutienne féminine un grand marché très juteux. C’est le développement pure et simple du proxénétisme. C’est la chair djiboutienne et son innocence qui sont monnayés très chèrement.Les bars servent aujourd’hui de lieux des rencontres, d’échanges et de trafiques de la jeunesse djiboutienne. 

Chaque jour, chaque nuit la jeunesse djiboutienne est cruellement meurtrie. Dans chaque bar on applique la même politique vendre au plus chère la chair de la jeunesse djiboutienne sans ce soucier de la loi. Pour se faire, en première étage de chaque bar ou à côté, la ou le proxénète loue des chambres. En premier lieu pour attirer cette jeunesse innocente, on affiche des bas prix, en appât en leur permet d’organiser des soirées, et après on sympathise pour qu’ils reviennent. Et ils reviennent. Reviennent et ne repartent plus pour mourir lentement, très lentement dans le silence. La solitude. Et le désespoir. C’est comme ça que je suis devenue ce que je suis. 

J’étais une lycéenne. En classe de première, j’ai mis les pieds pour la première fois dans une boîte de nuit lors d’une soirée dansante inter amis. Naïve comme toutes les autres, j’ai me suis fait prendre par la patronne proxénète. Elle était gentille. Très gentille. Elle a vite conquis ma confiance. Elle se présentait à moi en mère, en sœur, en amie. J’étais conquise. Je ne payais plus rien. C’était presque chez moi. Elle me présentait à tout le monde. J’étais sa fierté. Elle me promettait tout. Au prochain été, j’allais même partir en voyage en France, le pays de mes rêves. Et ce, par le biais de ses amis blancs, devenus mes amis moi aussi. 

Conclusion : Plus que jamais, je suis seule. Seule. Se suicider. J’ai essayé. Mais Dieu ne l’a pas voulu. Aujourd’hui, seule ma grande mère maternelle ma acceptée mon bébé et moi. Elle m’héberge comme sa fille. Et mon bébé bien qu’il a les yeux bleus et les cheveux blonds , il restera son petit-fils. Je parlais de ça pour réaction. Alors de grâce réagissez. Au nom de toute cette génération détruite sur les rives de la Rue d’Ethiopie. Réagissez. L’Histoire ne nous le pardonnera point.

Sign Petition

privacy policy

By signing, you accept Care2's terms of service.

Having problems signing this? Let us know.