Aidez à protéger les girafes du commerce international

Les girafes sont menacées par ce que les scientifiques appellent une « extinction silencieuse », avec une chute de leurs populations de 40 % au cours des 30 dernières années.

De nombreuses menaces pèsent sur leur survie, notamment la perte d'habitats, la chasse illégale et les changements écologiques. Une nouvelle menace est aujourd'hui apparue : le commerce international de parties de girafes, comme les os et leur peau qui sont utilisés en trophées ou bijoux.

La Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES) est un accord international signé par plusieurs gouvernements dans l'objectif de garantir que le commerce de faune et de flore sauvages n'est pas une menace pour la survie de ces animaux et ces végétaux.

Aidez-nous à demander aux États parties à la CITES de contrôler le commerce de girafes afin d'empêcher que cette nouvelle menace ne devienne incontrôlable et ne pousse encore plus les girafes vers l'extinction. Une décision sera prise au cours de la prochaine réunion de la CITES du 16 au 28 août !

Ne perdez pas de temps et signez ! 

Sujet: Aidez à protéger les girafes du commerce international


Aux États parties à la CITES,

Je vous écris en tant que sympathisant d'IFAW à propos de l'actuelle « extinction silencieuse » des girafes, dont les populations ont chuté de 40 % au cours des 30 dernières années. 


Les girafes ont rejoint la « liste rouge » de l'IUCN en 2016 en tant qu'espèce « Vulnérable » et doivent aujourd'hui faire face à de nombreuses menaces telles que la perte d'habitat, la chasse illégale et le commerce international de parties de girafes et de produits dérivés, comme les os et la peau utilisés en trophées ou bijoux.


Entre 2006 et 2015, les États-Unis ont, à eux seuls, importé un total de 39 516 spécimens de girafes. Des études récentes ont trouvé des produits issus de girafes à la vente en ligne dans sept pays de l'Union européenne. 


Bien que l'ampleur exacte du commerce international de girafe est difficile à déterminer étant donné l'absence de contrôle du commerce au niveau mondial, il y a des preuves manifestes indiquant qu'il existe une demande pour l'espèce à l'international. De plus, considérant le déclin actuel de nombreuses populations de girafes, il est indispensable d'adopter un principe de précaution. On trouve des preuves solides du commerce international pour toutes les sous-espèces de girafes, y compris les spécimens provenant de pays où les populations de girafes sont en danger critique d'extinction, en danger, vulnérables, en déclin et/ou faibles. 


L'ajout des girafes à l'Annexe II de la CITES n'interdirait pas le commerce mais garantirait une approche durable, légale et contrôlée, aidant ainsi à mettre en lumière les tendances commerciales actuelles qui pourraient aggraver les risques pour les girafes.


Je vous demande donc de soutenir la proposition de la République centrafricaine, du Tchad, du Kenya, du Mali, du Niger et du Sénégal d'inscrire les girafes à l'Annexe II de la CITES lors de la 18ème Conférence des Parties en août 2019 à Genève.


[Votre commentaire]


Cordialement,


[Votre nom]

Update #12 months ago
Cher(e) ami(e),

Après 12 jours intenses pour les experts d’IFAW, la conférence de la CoP de la CITES s’est terminée avec d’incroyables résultats.

Les girafes se sont vu accorder une protection contre le commerce non réglementé.

Merci ! Nous ne pouvons pas faire notre travail essentiel sans vous !

Azzedines Downes

Directeur Général d’IFAW

P.S. : Faites un don pour remporter de nouvelles victoires
Sign Petition
Sign Petition
You have JavaScript disabled. Without it, our site might not function properly.

See our privacy policy.

By signing, you accept Care2's terms of service and agree to receive communications about our campaigns through email and other methods. You can unsub at any time here.

Having problems signing this? Let us know.